Télévision

Publié le par STÉPHANE'S BLOGS

ARTEARTE

ARTE

Homo et alors ?!?

Mardi 12 Mai 2015 à 20h55 (54 min)

Qu'en est-il de la reconnaisse de l'homosexualité suite aux dernières avancées législatives ? Alors que celle-ci semblait de mieux en mieux acceptée et défendue en Europe, les discriminations persistent. Dans certains pays de l'Est, les décisions prises à l'encontre des personnes LGBT se durcissent. La situation n'est guère mieux en France et en Allemagne. Un documentaire édifiant.

Avec l’adoption de lois antidiscrimination et l’ouverture progressive du mariage aux couples de même sexe, l’homosexualité semble de mieux en mieux acceptée et défendue en Europe. Pourtant, les statistiques européennes sont sans appel : la quasi-totalité des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bi et transsexuels) se disent victimes de discriminations – harcèlement à l’école, exclusion, agressions physiques, menaces de mort. Dans l’est du continent, on pourrait presque parler d’homophobie d’État. L’un des partis au pouvoir en Lituanie, pays catholique et conservateur, soutient une loi visant à empêcher la "propagande" en faveur de l’homosexualité tandis que la municipalité de Vilnius a interdit la Baltic Pride. En Hongrie, où le gouvernement de droite nationaliste a fait reculer la visibilité des LGBT, leurs lieux de réunion ferment les uns après les autres. La France et l’Allemagne ne sont pas en reste : la peur du qu’en-dira-t-on et les préjugés restent ancrés dans les esprits, notamment dans les régions rurales ou les quartiers sensibles.

Peter Gerhardt, lui-même ouvertement gay, dresse un état des lieux glaçant. Donnant la parole à des victimes (dont Wilfred de Bruijn, agressé à Paris avec son compagnon en 2013) mais aussi à des homophobes notoires, son documentaire se veut néanmoins porteur d’espoir.

TélévisionTélévision

Tu ne seras pas gay

Mardi 12 Mai 2015 à 21h50 (55 min)

La condamnation des différentes religions à l'égard de l'homosexualité semble persister. Il s'agit alors de se réinventer des espaces de foi en interprétant la notion de tolérance dans les textes sacrés. Un exercice auquel doivent se livrer bon nombre de croyants homosexuels qui ont été rejettés par leur famille ou leur communauté ...

L’Organisation mondiale de la santé a supprimé l’homosexualité de sa liste des maladies mentales en 1990, pourtant, les homosexuels restent largement persécutés pour leurs penchants prétendument "abominables". Au sein des communautés évangélique, catholique, musulmane ou juive, se découvrir gay ou lesbienne est bien souvent synonyme de torture morale, tant l’homophobie y est répandue.

Marco Giacopuzzi part à la rencontre de croyants qui, après avoir été écartelés entre leurs désirs et les préceptes rigides de leur religion, vivent aujourd’hui leurs amours au grand jour. Rejetés par leur famille ou leur communauté, certains sont parvenus à réinventer des espaces de foi en interprétant les textes sacrés dans le sens de la tolérance : c’est le cas de Ludovic-Mohamed Zahed, imam de la première mosquée "inclusive" (gay friendly) de Paris, de Jalda Rebling et Anna Adam, couple de juives qui ont créé leur propre congrégation à Berlin, ou de Jacques Gaillot, ancien évêque d’Évreux qui milite inlassablement pour une réforme. Ce film dense et passionnant met en accusation l’intolérance des principaux cultes, mais aussi les paradoxes et l’hypocrisie – notamment dans l’Église catholique – vis-à-vis de ce sujet toujours tabou.

Publié dans Télévision

Commenter cet article